Besoins des Mamans Post-Accouchement

Beaucoup de femmes ont l’impression d’être débordées lorsqu’elles s’occupent de leur bébé tout en prenant soin d’elles-mêmes.

Auteur : Christine  Kjeldbjerg

Christine 2020 low--21

Pendant la grossesse, une mère doit se focaliser sur une bonne nutrition qui est essentielle au développement du bébé.  Cependant, la naissance est une période de changements, notamment dans les besoins énergétiques. Beaucoup de femmes ont l’impression d’être débordées lorsqu’elles s’occupent de leur bébé tout en prenant soin d’elles-mêmes.

De nombreux changements physiques se produisent pendant la grossesse.  Ces changements sont tout à fait normaux et il est très important de se rappeler que le corps peut mettre jusqu’à 9 mois pour revenir à son état de pré-grossesse.  Il lui faut du temps pour guérir. Pour une guérison efficace, une bonne nutrition et du repos sont les plus important.

Le manque de sommeil peut être la cause de sauts d’humeur, de déséquilibres glycémiques, et d’une mauvaise mémoire. La résilience d’une mère aux troubles du sommeil est plus facile à gérer avant l’âge de 30 ans. Après, le manque de sommeil peut être plus difficile à gérer. Si une nouvelle mère est privée d’éléments nutritifs, cela peut mener à de graves déséquilibres hormonaux et une immunité réduite, qui peuvent contribuer à des conditions auto-immunes.

La dépression post-partum (DPP) touche 20 % des femmes après l’accouchement et pendant la première année. Le manque de sommeil peut contribuer à la DPP, tout comme les carences en nutriments ou suite à des changements hormonaux.

 

L’importance de la nutrition :

Alors, comment une mère peut-elle mieux se remettre des exigences de la grossesse et tout ce qu’être une mère implique ? L’épuisement nutritionnel est fréquent, surtout avec les deuxièmes et troisièmes grossesses. Les nutriments ont été utilisés pour le développement et la croissance du bébé, l’accouchement, puis ensuite pour allaiter l’enfant. Ils sont également nécessaires pour aider la mère à récupérer après.

Ce que mange une mère détermine la qualité du lait maternel.  Ce n’est pas le moment de se concentrer sur la perte de poids car un déficit calorique soudain peut réduire la production de lait.

Si la DPP devient un problème, il est possible d’aider à équilibrer le rapport entre l’œstrogène et la progestérone nutritionnellement. En évitant ces aliments connus pour contenir des composants phytoestrogénis qui imitent les effets des œstrogènes dans le corps : tofu, tempé, yaourt de soja, et graines de lin.

Les acides gras essentiels sont également importants pour la mère et l’enfants.  Une baisse peut augmenter les sentiments d’anxiété chez la mère.  Le corps n’est pas en mesure de fabriquer des AGE donc il est nécessaire d’en consommer par le biais de sources alimentaires ou de suppléments. Les bonnes sources d’AGE comprennent les poissons gras comme le saumon, le maquereau, la truite et les sardines, ainsi que les sources végétales comme les noix et les graines de lin. Des suppléments alternatifs peuvent être prit avant, pendant et après la grossesse.

Des nutriments spécifiques sont également favorables à la réparation physique après l’accouchement. La récupération des plaies des tissus mous est optimisée par le collagène, ce qui peut également aider à la guérison des muscles tendus de l’abdomen et du plancher pelvien.

Le collagène est essentiel pour reconstruire les os, les dents, la peau et les articulations.  Le collagène est un composant des bouillons, des soupes de poisson entier et des organes cuits lentement. Les aliments contenant les acides aminés lysine et proline aident à la production de collagène.  Par exemple, la viande, le poulet, le poisson, les blancs d’œufs, le germe de blé et les arachides.

 

La vérité sur la caféine :

Si vous allaitez, la caféine peut nuire à votre bébé. Une étude de 800 bébés a observé que 3-5 tasses de café était suffisantes pour perturber le sommeil chez les bébés de 3 mois. Si vous avez besoin de votre tasse de café ou de thé noir, il est conseillé de boire après l’allaitement, pour que les effets de la caféine s’affaiblissent avant le prochain allaitement.

Auteur : Christine  Kjeldbjerg est un thérapeute en nutrition qualifiée, avec un master en science. La spécialité de Christine est d’aider des parents occupés à regagner en vitalité et joie de vivre en adressant leurs déséquilibres digestifs et hormonaux.

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.